Malaria Vaccine InitiativeAccelerating the development of malaria vaccine candidates.

About MVI | About Malaria & Malaria Vaccines | Downloads & Links | Contribute

Press Release

 

Pour plus d’information, veuillez contacter:
Marc de Semir (CISM) +34 93 227 5700 (T) +34 62 794 7528 (M)
Anne P. Walsh (GlaxoSmithKline Biologicals) + 32 2 656 9831 (T) +32 475 835 782 (M)
Ellen Wilson/Preeti Singh (Malaria Vaccine Initiative, PATH) +1 301 652-1558 ext. 108

UN PARTENARIAT PUBLIC/PRIVE DEBOUCHE SUR UNE AVANCEE SCIENTIFIQUE MAJEURE DANS LE DEVELOPPEMENT D’UN VACCIN ANTI-PALUDIQUE

La plus vaste étude clinique d’innocuité et d’efficacité jamais menée avec un vaccin anti-paludique chez les enfants d’Afrique donne des résultats encourageants, à paraître dans The Lancet

LONDRES, vendredi 15 octobre 2004 – Dans une étude de faisabilité à paraître cette semaine dans The Lancet, des chercheurs rapportent que le candidat vaccin de GlaxoSmithKline Biologicals, RTS,S/AS02A, a protégé un pourcentage significatif d’enfants contre la forme non compliquée du paludisme, contre l’infection, et même contre les formes sévères de la maladie, et ce pendant six mois au moins. Cette étude d’efficacité, la plus vaste jamais menée avec un vaccin malaria en Afrique, a aussi reconfirmé l’innocuité du vaccin chez les enfants âgés de un à quatre ans. D’autres études d’efficacité seront encore nécessaires avant de soumettre le vaccin à l’approbation des autorités.

Ces résultats seront publiés dans l’édition du Lancet du 16 octobre, dans un article qui a fait l’objet d’une procédure d’approbation accélérée. L’étude, en double aveugle, a impliqué 2022 enfants au sud du Mozambique. Elle a été conduite par le CISM (Centro de Investigação em Saude da Manhiça). Approuvée par le Ministère de la Santé du Mozambique, l’étude a été co-sponsorisée par GSK Biologicals et le Malaria Vaccine Initiative (MVI) du PATH.

“Ces résultats prouvent qu’il est possible de développer un vaccin efficace contre la malaria : un vaccin qui pourrait contribuer de manière significative à réduire l’intolérable ampleur de cette maladie au niveau mondial”, a écrit Pedro Alonso, MD, Ph.D., principal auteur de l’article du Lancet, principal investigateur de l’étude au sein du CISM, et responsable du Centre de Santé Internationale de l’hôpital universitaire de Barcelone.

Le Ministre mozambicain de la Santé, le Dr Francisco Songane, a exprimé la fierté de son pays à participer à une étude d’un tel intérêt scientifique. “La malaria est la première cause de mortalité chez les enfants d’Afrique. Par notre contribution à cette étude, nous espérons aider non seulement la population du Mozambique, mais celle de toute l’Afrique, dont la santé et le développement sont dangereusement entravés par cette maladie.”

“Il faudra encore plusieurs années avant que ce vaccin devienne une réalité ; mais la motivation est immense”, a ajouté Jean Stéphenne, président et directeur général de GSK Biologicals, l’un des principaux producteurs mondiaux de vaccins. “Les résultats obtenus sont infiniment encourageants : ils démontrent qu’un vaccin contre la malaria causée par le Plasmodium falciparum, et basé sur la protéine du circumsporozoïte, est possible. Un tel vaccin pourrait avoir un impact considérable sur la santé mondiale. Ce projet démontre le potentiel d’une collaboration entre les secteurs public et privé.”

“Ces résultats constituent une avancée capitale dans le domaine des vaccins contre le paludisme,” souligne le Dr. Melinda Moree, Ph. D., directrice du MVI, le programme mondial mis sur pied pour surmonter les obstacles au développement d’un vaccin anti-paludique. “Ils fournissent l’évidence qu’un vaccin pourrait venir soutenir les efforts entrepris dans le monde entier pour préserver les enfants et les familles des effets dévastateurs de la malaria. Ils sont un pas supplémentaire vers un vaccin approuvé par les autorités.” En 2000, GSK Biologicals et le MVI ont conclu un partenariat pour développer le vaccin pour les enfants. Le MVI a été ims sur pied en 1999 sur base d’une bourse de la Fondation Bill & Melinda Gates, qui a rendu possible cette collaboration.

Selon l’étude, l’efficacité du vaccin contre les manifestations cliniques de malaria est de 30%. L’efficacité contre la première infection par le Plasmodium falciparum est de 45%, et l’efficacité contre les formes sévères de la maladie est de 58%. Le Plasmodium falciparum est le parasite à l’origine du plus grand nombre de cas de malaria en Afrique.

“Les résultats de cette étude représentent un progrès scientifique significatif, et un important pas en avant. Contrairement aux études précédentes chez les adultes, qui avaient indiqué une efficacité de court terme, la protection chez ces enfants est effective pendant six mois au moins”, ajoute le Dr. Alonso. Et le suivi des enfants se poursuit.

Une protéine recombinante, RTS,S, fusionnant une partie de la protéine du circumsporozoïte (CS) de Plasmodium falciparum avec l’antigène de surface du virus de l’hépatite B, est en développement depuis plus de 15 ans chez GSK Biologicals.

“La communauté scientifique était sceptique,” rappelle Joe Cohen, Ph. D., directeur de l’unité de R&D en charge des vaccins contre les maladies émergentes et le VIH et les vaccins thérapeutiques chez GSK Biologicals, et co-inventeur du vaccin. “Nous avons affaire à un parasite très complexe qui passe par différents stades de développement au sein de ses hôtes humains. Mais notre motivation et notre acharnement de plus de 15 ans ont fini par être récompensés.”

Le vaccin vise la forme du parasite P. falciparum transmise par les moustiques, connue sous le nom de sporozoïte. Les anticorps et les globules blancs induits par la vaccination sont capables d’empêcher le sporozoïte de survivre ou de poursuivre son développement dans le foie. Le vaccin est administré dans un schéma de trois doses.

Parmi les maladies infectieuses, la malaria est l’un des plus grands tueurs au monde. Selon les estimations, elle tue chaque année entre un et trois millions de personnes dans les pays les plus défavorisés. Dans les pays d’Afrique sub-saharienne, elle tue plus d’enfants que n’importe quelle autre maladie infectieuse.

Parce que diverses études doivent encore être menées, un vaccin approuvé par les autorités ne serait pas disponible avant 2010. A cette date, on estime que la moitié de la population mondiale, soit 3,5 milliards de personnes, vivra dans des régions où le paludisme est endémique. Rien qu’en Afrique, le paludisme engendre des coûts de l’ordre de 12 milliards US$ par an.


Notes:

Les résultats de l’étude seront détaillés au cours d’une conférence de presse téléphonique qui aura lieu le jeudi 14 octobre 2004 à 09:00 heures GMT (10:00 Londres, 11:00 Bruxelles). Les médias du monde entier peuvent accéder à cette conférence en appelant le +44 207 081 9432. Veuillez contactez Preeti Singh ou Ellen Wilson au +1-301-652-1558, ext. 108 ou +1 301 922 4969 ou psingh@burnesscommunications.com pour signaler votre patricipation et recevoir l’URL pour accéder au press kit électronique sous embargo.

Le Ministère de la Santé du Mozambique a pour mission de promouvoir et de préserver la santé de la population du Mozambique, et de promouvoir et de fournir des soins de santé de qualité et de long terme, en améliorant peu à peu leur accessibilité à tous les Mozambicains, dans un souci d’équité et d’efficacité.

Le Centro de Investigação em Saude da Manhiça (CISM) est le premier centre de recherche périphérique en matière de santé au Mozambique à entreprendre des recherches médicales sur ce sujet clé. Créé en 1996, le CISM est le fruit d’un programme de collaboration entre le Ministère de la Santé du Mozambique, la Maputo School of Medicine (Universidade Eduardo Mondlane) et l’hôpital universitaire de Barcelone (www.hospitalclinic.org). Son principal financement provient de l’Agence espagnole à la Coopération internationale. Le site web du CISM est accessible à l’adresse suivante : www.manhica.org.

GlaxoSmithKline Biologicals (GSK Biologicals), l’un des premiers producteurs de vaccin au monde, est situé à Rixensart, en Belgique. En 2003, GSK Biologicals a distribué plus de 850 millions de doses de vaccins dans 152 pays, tant dans le monde en voie de développement que dans les pays industrialisés : une moyenne de 27 doses par seconde. Pour plus d’information, merci de consulter le site web de GSK Biologicals: www.gsk-bio.com. GlaxoSmithKline – l’un des principaux groupes pharmaceutiques au monde – a pour mission d’améliorer la qualité de vie de chaque personne, en lui donnant les moyens de vivre mieux et plus longtemps.

Le Malaria Vaccine Initiative (MVI), mis sur pied par le PATH, a été fondé sur base d’une bourse de 50 millions $ de la Fondation Bill & Melinda Gates, complétée par un nouveau don de 100 millions $ en 2003. Le MVI a pour objectif d’accélérer le développement de candidats vaccins prometteurs contre le paludisme et d’assurer leur accessibilité pour le monde en voie de développement, pour que les enfants du monde soient protégés de la mort et des troubles graves causés par le paludisme. Pour plus d’information, consultez le site www.malariavaccine.org. Le Programme for Appropriate Technology in Health (PATH) est une organisation internationale, sans but lucratif, qui vise à mettre en place des solutions de long terme, culturellement adaptées, pour aider les communautés qui en ont besoin à briser le cercle vicieux d’une santé déficiente. Pour plus d’information, consultez le site www.path.org.

This page displays best in a browser that supports current web standards, but all content is accessible via any web device.


Program for Appropriate Technology in Health (PATH)